La joie de la gourmandise

Apparaît vers 1400 en France, le mot « gourmandise », mais évidemment, a une beaucoup plus ancienne histoire dans le monde entier. Notamment au 3ème et 4ème siècle aux premières groupes monastiques orientales et aux premiers périodes du christianisme. En occident, la gourmandise a beaucoup de significations, il donne trois sens à trois temps historiques, si l’on veut profond l’étudier, ce sont glouton, gourmand, gastronome.

Le premier sens, c’est la gloutonnerie, aux abus de la bouche Gargantua de François-Rabelais. Il y a un vice qui est l’un des 7 péchés capitaux codifiés par la chrétienté moyenâgeux.

Et après, au 17ème et 18ème siècle, le mot gourmandise devient de plus en plus positive, le mot gourmet pénètre dans les cours européennes. Mais la gourmandise reste encore un vice pour l’église catholique, ainsi pour les protestants.

A partir du 18ème siècle et notamment du 19ème siècle, la gourmandise s’infantilise et se féminise. Apparaissent la gastronomie et les gastronomes jusqu’aux années 1801 et 1802.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed.Vous pouvez Laisser une réponse, ou trackback à partir de votre propre site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *